Maryam Rajavi : Un personnage clé de la Résistance iranienne

Maryam Rajavi

Au cours de l’histoire, les femmes ont souvent lutté pour leurs droits dans n’importe quel domaine où elles œuvraient, faisant reconnaître leurs capacités et témoignant tout ce qu’elles pouvaient accomplir dans divers domaines. Aujourd’hui encore, beaucoup se battent pour réussir à entrer dans des domaines souvent dominés par des hommes. Chaque jour nombreuses femmes luttent pour leurs droits et l’égalité dans la société, Maryam Rajavi est une de ces militantes. Elle joue un rôle important dans la lutte pour le droit à l’égalité de genre mais aussi dans la politique iranienne.

Qui est Maryam Rajavi ?

Issue d’une famille de classe moyenne, née le 04 décembre 1953 à Téhéran, maryam rajavi est une femme politique iranienne. Elle est la quatrième d’une fratrie composée de trois sœurs et deux frères. Deux de ses sœurs ont été tuées et torturées, sa sœur aînée tuée en 1975 par la SAVAK du chah, sa sœur cadette par contre, alors qu’elle était enceinte a été torturée puis pendue par des gardiens de la révolution du régime iranien. Petite, à peine agée de 10 ans, Maryam Rajavi a assisté de sa fenêtre à une manifestation où elle a vu la Garde impériale du chah ouvrir le feu sur la foule. Elle découvre alors, la douleur et la souffrance de la population, elle décide ainsi d’orienter sa vie dans le monde de la lutte pour les droits de l’homme. Ingénieure métallurgiste, elle suit ses études supérieures à l’université de technologie Charif de Téhéran. Elle intensifie ses activités politiques contre la dictature du chah pendant ses études universitaires où elle forme un groupe avec d’autres étudiants.

Sa vie politique

Maryam Rajavi débute sa carrière politique très tôt, en 1970, où elle participe au mouvement de lutte contre la monarchie du Chah. Une lutte qui, malheureusement, n’aura servi à rien car même si le monarque a été renversé une autre dictature s’installe, celle des mollahs.

Elle devient secrétaire générale de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran de 1989 à 1993, une organisation considérée dans le pays occidentaux comme un groupe terroriste. Lors de sa nomination en tant que secrétaire générale de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), elle permet aux femmes d’occuper des postes de direction et de décision. Cela est en effet, une grande transformation au sein du gouvernement Iranien, et une preuve de sa lutte contre l’intégrisme. Par ailleurs, la moitié des membres du Conseil National de la Résistance Iranienne est composée de femmes ayant différents rôles dans divers domaines, politique, international, culturel ou social. Cet engagement lui vaut la reconnaissance et le soutien de la communauté internationale.

Sa vision du monde

Maryam Rajavi est un pionner de changements démocratiques en Iran. Contre l’intégrisme des mollahs, elle montre au monde une nouvelle image de l’islam celui d’une religion de paix. Elle entame alors une campagne internationale pour démontrer aux différents acteurs que la résistance effectuée par le Conseil National de la Résistance Iranienne (CINRI) est diverse de ce qu’ils pensent. Une activiste contre la discrimination sexuelle, maryam radjavi a pour objectif de remplacer les relations fondées sur une idéologie où l’on mettait en valeur l’homme, la masculinité.  Depuis 2008 d’ailleurs, la communauté internationale ne considère plus la CINRI comme une organisation terroriste. Le but de Maryam Rajavi est de représenter les femmes opprimées par l’instrumentalisation de l’Islam. Elle énonce dans un de ses discours que les femmes ont un rôle essentiel dans la lutte démocratique. En effet, la participation des mères à l’éducation des enfants est une base importante pour le futur de l’Iran. Elle est une vraie patriote défendant les intérêts de l’Iran et cela lui a valut une reconnaissance de la part de la communauté internationale.